Convoyeurs-station sur la ligne Boussens – St Girons

Un petit séjour en Haute Garonne...

Proche de l'Ariège, la gare d'His-Mane-Touille dessert les 3 villages qui lui ont donné leur nom. Voici deux correspondances provenant de cette gare et illustrant la nouvelle responsabilité confiée aux convoyeurs en 1876 : ils doivent oblitérer le timbre-poste avec leur timbre convoyeur-station (Bulletin Mensuel supplémentaire d'avril 1876 de l'Administration des Postes).

Carte postale datée du 16/3/1876, de Touille à St Martory (Haute Garonne), avec cachet convoyeur-station HIS-MANE-TOUILLE STG.BOUS. Oblitération du Cérès 15c par le losange GC3762 de St Martory (timbre à date de St Martory au dos) : vraisemblablement une des dernières utilisations du losange GC dans cette localité !
Lettre de Mane à destination de St Girons datée du 21/7/1876. En application de la nouvelle directive, le convoyeur a oblitéré le timbre-poste, un Cérès bleu 25c, avec son timbre convoyeur-station HIS-MANE-TOUILLE STG.BOUS.

Et enfin la gare de Boussens...Voici deux correspondances : la première a transité par cette gare ; quant à la seconde, on peut la qualifier de curieuse : elle présente sur son recto deux cachets convoyeur-station !

Carte postale datée du 13/5/1874 de Carbonne (Haute Garonne) à St Girons. Jetée vraisembleblement dans la boite de la gare de Carbonne, elle a été traitée par un convoyeur sur la ligne Toulouse – Pau qui a apposé son cachet CARBONNE TOU.PAU et l'a transmise en gare de Boussens à un convoyeur de la ligne Boussens – St Girons. Celui-ci a frappé son timbre BOUSSENS BOUS.STG (très faible) et a dirigé la lettre vers le bureau de St Girons qui a oblitéré le Cérès 15c. avec le losange GC 3653 mais a omis d'apposer son timbre à date.
Lettre du 7/2/1874 pour Salies du Salat. Le cachet convoyeur-station portant l'indication MAZERES-S-LE-SALAT STG.BOUS semble avoir été annulé à sec par une croix (comme faite par un ongle) : sachant que la gare de Mazères-s-le Salat précède immédiatement celle de Boussens, on peut donc penser que la lettre a été levée en gare de Boussens par le convoyeur et que celui-ci a frappé son timbre sans avoir pensé à changer la couronne mobile portant le nom de la gare. Ayant vu son erreur, il la répare tant bien que mal, notamment en frappant le second timbre, BOUSSENS STG.BOUS !

Ici se termine le premier chapitre dédié aux premiers convoyeurs et à leur cachet convoyeur-station.

La gare de Salies-du-Salat (Haute – Garonne).

Prochaine page : le cachet convoyeur-ligne

Accueil Convoyeur-station Convoyeur-ligne Page suivante