Les premiers convoyeurs

Quelques généralités

Durant la seconde moitié du XIXème siècle, l'Administation des Postes tira pleinement parti du développement des chemins de fer. Elle créa notamment le corps des convoyeurs qui escortaient le courrier sur les lignes secondaires ; mais sans y toucher. Rien à voir donc avec les bureaux ambulants qui eux formaient de véritables centres de tri mobiles !

Dans les années 1865-1866, l'Administation des Postes encouragea la pose de boites aux lettres dans les gares et décida d'élargir les prérogatives des convoyeurs, tout au moins de certains d'entre eux dans un premier temps. Ceux-ci, qu'on qualifie de manipulateurs, furent chargés de lever certaines boites mobiles de gare, c'est-à-dire de les ouvrir, d'en trier le courrier et de le diriger [1] : cette manipulation du courrier s'accompagnait de la frappe d'un timbre spécial dit timbre « convoyeur-station » (cette frappe avait pour but de bien marquer le point d'entrée d'une lettre dans le circuit postal).


Cachet convoyeur-station ; la gare est ici Martres sur la ligne Toulouse – Montréjeau.

Toutefois, en dépit de ces prérogatives accrues, les convoyeurs étaient dispensés d'oblitérer le timbre-poste et de vérifier l'affranchissement, opérations qui restaient l'apanage des seuls bureaux de poste sédentaires ou ambulants. En mars 1876, ces derniers abandonnèrent l'oblitération par le timbre « losange de points » au profit d'une oblitération par le timbre à date, puis, un mois après [2], les convoyeurs furent eux-mêmes priés d'oblitérer le timbre-poste à l'aide de leur timbre « convoyeur-station » (voir l'exemple proposé plus loin).

Mais ce timbre montrait ses limites : ce n'était pas un véritable timbre à date et le convoyeur devait changer sans cesse le nom de la gare alors que le volume du courrier augmentait fortement. A partir de la fin 1876, il fut progressivement remplacé par le timbre à date « convoyeur-ligne ».

Et en Ariège ?...

A cette époque-là n'existaient que deux lignes de chemin de fer de la Compagnie du Midi et toutes deux connurent les cachets convoyeurs-station :

Lignes de la Compagnie du Midi en 1878
Accueil Boite mobile Convoyeur-ligne Page suivante

[1] Circulaire 487, Bulletin Mensuel 133 de septembre 1866.

[2] Bulletin Mensuel 85 supplémentaire d'avril 1876.