Le timbre à date « convoyeur-ligne »

Descriptif général

C'est donc dans les années 1877-1878 que les convoyeurs furent dotés d'un timbre à date dit « convoyeur-ligne » en remplacement du timbre « convoyeur-station ». Ce timbre à date connut trois types au fil des ans mais le principe de base fut conservé : dans la couronne l'indicatif de la ligne et dans le bloc dateur l'indicatif complet de la date (jour-mois-année).

Date d'apparition Type Diamètre (mm) Caractères de la couronne
1877-78 Type 1 21-22 romains
1884 Type 2 23-24 bâtons
1904 Type 3 26-27 bâtons

Caractéristiques des 3 types. On notera en outre que la couronne du type 3 contient généralement une étoile.

Certains cachets présentent des variantes (par exemple : insertion du n° de service dans la couronne à la suite de l'indicatif de ligne ; ou bien remplacement du n° de service par une étoile en tête du bloc dateur).

Les cachets mixtes

L'introduction d'un nouveau type ne signifiait pas la mise au rebut de l'ancien timbre à date, souvent conservé très longtemps. Un convoyeur pouvait être doté d'un nouveau timbre à date tandis que sur la même ligne, un autre convoyeur continuait d'utiliser un timbre de l'ancien type. Un autre conséquence est l'apparition des cachets dits « mixtes » ou « bâtards » lorsque couronne et bloc dateur ne présentent pas le même type de caractères (romains ou bâtons) ou bien lorsque c'est le cas pour les divers éléments du bloc dateur : ces cachets mixtes concernent surtout les types 1 et 2 qui sont de taille proche.

Deux exemples de cachets mixtes :
à gauche, cachet de type 1 : le bloc dateur est en caractères bâtons ;
à droite, cachet de type 2 : dans le bloc dateur, le mois est en caractères romains.

Par contre un principe de base est à retenir : lors de la création d'un service de convoyeurs (par exemple sur un nouveau tronçon de ligne), ce service est doté du timbre à date du type le plus récent. Ce principe mène à des impossibilités. A titre d'illustration : aucun service aboutissant à Ax-les-Thermes n'a utilisé une timbre à date convoyeur-ligne de type 1 (car l'ouverture en 1888 de la ligne jusqu'à Ax est postérieure à l'apparition du type 2).

Le convoyeur entre 1880 et 1914
Le convoyeur occupe un à deux compartiments dans une voiture de 2ème classe ou bien un compartiment réservé dans un fourgon. Depuis la fin des années 1870, ses tâches restent à peu près les mêmes : convoiement de dépêches, tri des lettres contenues dans les enveloppes-dépêches qui lui sont adressées par d'autres services postaux, éventuellement ouverture des boites mobiles de gare et de courrier d'entreprise et traitement des lettres qu'elles contiennent.
En 1910, à l'apogée du service, plus de 2200 convoyeurs circulaient sur les lignes françaises [1].

L'Ariège, un fief de convoyeurs !?

Exclusivement, semble-t-il, jusqu'à la 1ère guerre mondiale. Le développement des services de convoyeurs épouse celui du réseau ferré (c'est strictement vrai pour le réseau de la Compagnie du Midi). A l'époque, le volume du courrier ne justifiait sans doute pas la mise en place d'un service d'ambulant ou d'un service sédentaire. Il fallut d'ailleurs attendre 1892 pour qu'un service d'ambulant soit créé sur l'axe Toulouse-Pau (axe sur lequel se greffaient deux lignes ariégeoises) [2].

Plus tard, dans l'entre-deux-guerres, apparaissent des cachets témoignant de l'existence de services sédentaires dans les gares de Foix et de Pamiers. Enfin, au lendemain de la Libération est mis en place le service ambulant Toulouse à Ax-les-Thermes, qui sera présenté dans le 3ème chapitre de ce site, « Marques de la poste ferroviaire en Ariège après 1945 ».

Et maintenant trois balades...

... avec les cachets «convoyeur-ligne» sur les lignes de la Cie du Midi (puis de la SNCF) entre 1877 et 1945 [3] :

première balade : Tarascon, Ax les Thermes et retour à Foix
seconde balade : de Boussens à Foix par St Girons
troisième balade : aux limites de l'Aude et de l'Ariège

Accueil Convoyeur-station Après 1945 Page suivante

[1] « Le Patrimoine de la Poste », Collection le patrimoine des institutions économiques, Flohic Editions (1996)

[2] « La Poste ferroviaire de 1871 à 1914 », P. Lux, Bibliothèque de l'Académie de Philatélie (1998)

[3] les cachets convoyeur-ligne de la ligne de l'Ariège postérieurs à 1945 seront examinés dans le 3ème chapitre